Coopération institutionnelle

Ubifrance est l’agence française pour le développement international des entreprises (EPIC placé sous tutelle du Ministère du Commerce extérieur et de la DGT). Avec ses 80 bureaux à l’étranger, Ubifrance est le dispositif public de soutien des entreprises françaises dans leur démarche à l’export, quels que soit leur taille et leur secteur d’activité.

UbiFrance a pour missions :

  • Informer les entreprises sur les marchés et soutenir leurs efforts commerciaux grâce à une gamme de services adaptée à chaque étape de la démarche export :
  • Information et conseil : études de marchés, test sur l’offre, accompagnement juridique, veille sur les appels d’offres internationaux,…
  • La prospection B to B autour des salons internationaux, exposition des produits sur les salons, suivi de contacts, ...
  • Communication : relations presse, relations publiques, support de communication export, etc.
  • Ressources Humaines : VIE (Volontariat International en Entreprise)

 

Afin d’assurer une meilleure visibilité et une coordination de la politique publique de soutien à l’exportation à Mayotte, la CCI Mayotte a signé une convention de partenariat tripartite avec Ubifrance et l’Etat le 14 septembre 2012. Ce partenariat doit permettre de renforcer et de développer la politique de soutien aux entreprises dans leur développement à l’export. La CCI devient donc le correspondant Ubifrance à Mayotte et l’interlocuteur privilégié de proximité des entreprises. Elle propose un guichet unique pour l’information, l’orientation, le conseil et l’accompagnement dans la durée des entreprises pour leur développement international (import et/ou export).

Objectifs :

  • Faciliter l’identification de nouveaux exportateurs potentiels et accompagner les entreprises exportatrices dans leur développement sur de nouveaux marchés
  • Favoriser l’émergence de nouveaux exportateurs
  • Favoriser l’accès à de nouveaux marchés et consolider l’activité des entreprises sur les marchés sur lesquels elles sont déjà engagées (notamment dans la zone Océan Indien)
  • Mettre en place, au niveau régional, les outils d’accompagnement à cette démarche

L'ACCIOM regroupe 11 Chambres de Commerce et d'Industrie au titre des DOM (Guyane, Ile de Guadeloupe, Martinique, Mayotte, Réunion) et des COM (Nouvelle Calédonie Polynésie Française, Saint-Barthélémy, Saint Martin, Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna).

Les objectifs de l’ACCIOM :

  • Assurer la concertation entre les CCI de l’outre mer
  • Echanger leur expérience
  • Travailler ensemble et mener des actions sous des thèmes communs aux régions ultra marines être une force unifiée de propositions et porter en commun chaque fois que possible toute évolution de l’environnement législatif, réglementaire ou administratif qui les concerne
  • Préconiser des solutions et conclure toute action concernant les sujets qui leur sont propres apporter sa contribution aux travaux de l’ACCFCI
  • Assurer la promotion des activités économiques ultramarines et des chambres de commerce et d’industrie d’outre mer.

 Entreprendre en Outre Mer :

Entreprendre en outre-mer, c’est produire des biens ou des services dans un contexte très différent de celui de la métropole. Les outre-mer font face en effet à des contraintes particulières. L’éloignement, l’insularité, la superficie et la dépendance vis-à-vis d’un faible nombre de produits sont autant de handicaps dont la permanence et la combinaison entravent le développement économique et l’emploi. Le retard de développement, mesuré par l’écart du PIB par habitant à la moyenne, reste conséquent, entre 40 et 75 % du PIB national, en dépit du phénomène de rattrapage à l’oeuvre sur le long terme. Malgré une croissance économique souvent supérieure à celle de la métropole et le dynamisme réel de la création d’entreprises et d’emplois, le niveau de chômage reste durablement élevé dans les outre-mer. Le niveau des prix dégrade également la compétitivité des économies ultramarines.

Le modèle de développement, fortement centré sur les relations avec la métropole et les secteurs protégés de la concurrence internationale, dépend au premier chef du soutien des administrations et de la commande publique. Le développement s’appuie aussi sur un tissu économique largement composé de petites et moyennes entreprises qui font face à des handicaps particuliers : un plus faible niveau de formation des chefs d’entreprise, de fortes difficultés d’accès aux financements, la faiblesse des fonds propres, des délais de paiement longs, une concurrence accrue avec les pays de la zone.

Les chambres de commerce et d’industrie, regroupée au sein de l’ACCIOM, estiment aujourd’hui indispensable, que ce contexte particulier qui préside à l’entrepreneuriat en outre-mer soit mieux pris en compte par le droit positif et par les dispositifs publics qui encadrent ou soutiennent les activités des entreprises.

 

 

 

 

CCI FRANCE est l'établissement national fédérateur et animateur des Chambres de Commerce et d'Industrie. Succédant à l'Assemblée Permanente des CCI (APCCI) créée en 1964, l'Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d'Industrie (ACFCI) jusqu'en août 2012 où elle devient CCI France. Elu pour un mandat de 5 ans par ses pairs chefs d’entreprises et Présidents de CCI, le Président de CCI France est représente toutes les CCI Françaises. CCI France est composée des présidents des CCIR, CCIT, CCI départementales d’Île de France et des CCI des Collectivités d’Outre-mer et de Nouvelle Calédonie.

CCI France à pour missions de :

  • représenter le réseau et les intérêts du commerce, de l’industrie et des services au plan national, européen et international
  • assurer l’animation de l’ensemble du réseau

En outre, grâce à son antenne bruxelloise CCI France permet aux CCI de défendre des dossiers européens.

La FEDOM est une association composée à l’origine des organisations patronales des départements d’Outre Mer puis au fil des années de celles de Nouvelle Calédonie, Mayotte, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon, auxquelles se sont associées les Fédérations de BTP, les Fédérations du tourisme, des Chambres de Commerce, ainsi que des associations d’entreprises.

La FEDOM a pour mission principale :

  • soutenir, dans son domaine, la dimension ultramarine de la France,
  • promouvoir l’économie de ses territoires,
  • veiller aux intérêts de leurs entreprises, en particulier dans les évolutions législatives ou réglementaires qui les concernent.

La FEDOM s’attache à :

  • faire émerger des visions communes aux acteurs économiques de l’Outre-mer susceptibles d’être soutenus auprès des instances administratives ou politiques
  • formuler des propositions crédibles et responsables fondées sur des évaluations les plus pertinentes possibles, de nature à améliorer l’efficience des interventions publiques

La CPCCAF poursuit des buts économiques et de coopération consulaire. Elle œuvre à la promotion et à la structuration du secteur privé africain, ainsi qu’au développement des relations commerciales entre l’Afrique et le reste du monde francophone. Une logique de coopération. La vocation première de la CPCCAF est de susciter et d’organiser, entre les organisations consulaires représentatives du secteur privé des pays membres, une coopération bilatérale ou multilatérale permettant le transfert de savoir-faire dans tous les domaines liés au développement du monde entrepreneurial :

  • la formation professionnelle et technique
  • l’appui aux entreprises : conseils, création, reprise et transmission
  • la promotion des échanges en général
  • l’information économique
  • la représentation vis-à-vis des instances politiques et bailleurs de fonds
  • la création et la gestion des équipements publics et para­publics nécessaires à l’activité économique, comme les ports ou parcs d’exposition

L’action de la CPCCAF permet de :

  • Renforcer les capacités des chambres de commerce, d’agriculture et d’artisanat africaines de façon à permettre l'établissement de partenariats économiques et commerciaux entre les entreprises de leurs ressorts territoriaux.
  • Favoriser les occasions d’échanges et de rencontres entre les chambres consulaires membres afin qu’elles jouent au mieux leur rôle d’intermédiaire et d’accompagnateur des entreprises locales‚ et contribuer ainsi au développement économique territorial.
  • Représenter les intérêts du secteur privé africain auprès des institutions nationales, régionales et internationales.

Mayotte connaît aujourd’hui un développement tel que son désenclavement passe nécessairement par la mise en place de dessertes aériennes régionales. Aussi, les attentes de la population en matière de déplacements se font de plus en plus fortes. Partant de ce constat, plusieurs partenaires, dont la Chambre de Commerce et d’Industrie de Mayotte, Ylang Invest (le Groupe Issoufali) et la Compagnie Air Austral ont souhaité créer, ensemble, une compagnie aérienne mahoraise basée à Dzaoudzi.

La CCI de Mayotte est engagée dans des projets d’infrastructures majeurs pour les entreprises et le territoire de Mayotte. Aujourd’hui, faire de Mayotte un hub régional aérien dans le canal du Mozambique, grâce à EWA, est une vraie réponse aux enjeux de développement de notre île. La coopération régionale, le développement économique de Mayotte et l’emploi de nos jeunes passent par des alliances solides avec des opérateurs robustes, qui tirent Mayotte vers le haut. Avec notre compagnie, c’est le ciel du canal du Mozambique que nous ouvrons au tourisme. Ce sont aussi des marchés que nous développons pour nos chefs d’entreprises.